L’Aloe Vera, la plante aux mille soins

N’avez vous jamais été abordé par un vendeur de produits à base d’Aloe Vera (syn. A. barbadensis Mill., A. vulgaris Lam.)? J’ai en connu plusieurs, surtout lors de mes études universitaires. Un vendeur avait tenté un jour de me vendre tout un tas de produits à base d’Aloe Vera: des pattes dentifrice, des soins pour barbe, des produits pour vaisselles, des boissons, des savons liquides, shampoing et j’en passe. La liste est très très longue qu’on se perd très vite!

Après quelques recherches sur Internet (grâce à l’ami Google) et après avoir suivi un « Envoyé Spécial » sur TV5MONDE Afrique, j’apprends que l’homme qui a lancé la mode de l’Aloe Vera à commencer à l’Arizona, dans les années 70, et possède en ce moment un immense champ de ce liquide précieux. C’est d’ailleurs un des 400 richesses mondiales.

Le Burkina s’est engagé dans ce marché mondial de ce produit miracle, avec notamment la pulpe d’Aloe Vera qui est vendue dans les boutiques, même si la conservation reste à revoir.

Cette plante promet de guérir et de rajeunir au quotidien. Mais comme tout bon produit (comme le lait de coco ayant connu un succès fulgurant dans le passé), il fera son temps et continuera de passionner le monde, encore pendant longtemps.

A consommer donc, mais prenons donc le soin de consulter souvent les experts ! Certains vendeurs et producteurs ayant souligné (en camera caché!) lors du reportage sur TV5MONDE que sur certains produits, c’est plus un argument commercial qu’un aspect bénéfique sur le corps (inefficacité des composants actifs).
@ bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *