Le f-commerce ou comment (se) vendre directement sur Facebook. Quésako en français facile?

Le {Fcommerce|F-commerce} (Facebook commerce), ça vous dit quelque chose? Je serai tenter de dire que pour beaucoup, la réponse est tout simplement non. A l’heure ou Facebook tente de reléguer aux oubliettes Hi5, MySpace et « compagnies », il ne manquait plus que ce terme pour épater un « facebooker » ou un e-commerçant. Mais qu’en est-il exactement?

Au commencement
Il y a le {e-commerce|ecommerce} ou commerce sur Internet. Les clients potentiels sont les internautes que nous sommes. Mais comment {s’adresser|parler} directement à ces internautes? Par quels stratégies utiliser? Il y a les listes de diffusion ou e-mailing, les publicités Adsense, le référencement… et les mille et une solution que je ne citerai pas ici.
Puis un jour de 4 février 2006 , on assiste à la naissance d’un réseau social que nous aimons et utilisons au quotidien aujourd’hui. C’est de Facebook qu’il s’agit, avec ses plus de 500 millions de membres, très actifs pour la plupart d’ailleurs. Pour afficher toutes les statistiques sur le réseau social, c’est par ici et ici pour le cas du Burkina Faso. Les commerçants se sont dits alors: « voici des clients potentiels qu’il faut exploiter pour faire grimper le chiffre d’affaires ». Si vous achetez un produit ou service via Facebook, on dit couramment que vous faites du « social shopping ». Quelques avantages pour le {f-commercant|fcommercant}:

  • Profiter des dynamiques de leurs communautés et de leurs ambassadeurs influents.
  • Ne pas avoir à convaincre le client : il est déjà fan !
  • Ne pas avoir à l’attirer sur un site marchand : il se trouve déjà dessus.
  • Pouvoir créer de la rareté (donc du buzz) en proposant des promotions exclusivement réservées aux fans.
  • Avoir assez peu de détracteurs.

Comment devient-on {F-commercant|Fcommercant}?
Il suffit de s’inscrire, de créer une « Fan page Facebook », et le tour est joué! Nous « parlerons » des aspects techniques de la mise en œuvre prochainement. A partir de là, c’est le marketing qui fera la grande différence entre f-commerçants. Il y a la possibilité de créer un onglet « Shopping » pour présenter vos produits ou services, mais qui renvoie aussi votre site e-commerce.
Mais, mais, hors mis les aspects techniques,  il faut « poster » un employé sur Facebook, une des conditions pour que votre boutique marche bien. En effet, Facebook est un réseau social où l’interaction avec les autres membres est très importante. Un membre qui vous écrit doit avoir une réponse. C’est à ce prix là qu’on le fidélise.

Voici quelques pages de {f-commercants|fcommercants}:

Le futur du e-commerce passera t’il par facebook?
Je suis obligé de dire qu’à l’état actuel des « choses », et de la manière dont les évènements se succèdent, il est à parier qu’il faut se dépêcher d’être sur Facebook Fcommerce. Il n’y a rien à perdre de toute façon. Si vous ne gagner pas des clients, vous aurez au moins eu la chance de communiquer et de faire connaitre davantage vos produits ou services à un plus grand nombre d’internautes.

Je suis tenté(e) par le f-commerce; où prendre conseils auprès d’un expert?
Je reste disponible pour vous aider à mieux communiquer sur Facebook, à élargir votre clientèle, à vendre partout dans le monde, et surtout à multipliez par un facteur cinq vos chiffres d’affaires. Merci de me contacter à l’adresse « azoungrana@fasoblog.net ».
Vous pourrez aussi contacter des sociétés comme BigCommerce, Lengow, Boosket, Beeshopy, Payvment, Prestashop…, qui se chargeront des aspects techniques.

Ce billet n’est qu’une introduction du sujet. A vos Facebook, le {F-commerce|Fcommerce} est en marche!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *