Microsoft : si vous devez pirater, piratez-nous

Jeff Raikes, président de la division Business de Microsoft, a fait récemment quelques commentaires intéressants sur la considération du piratage par le géant du logiciel. On sait depuis longtemps que tous les Windows installés dans le monde sont loin d’être authentiques, c’est même d’ailleurs devenu traditionnel. Mais on sait aussi que Microsoft augmente la pression sur les pirates, notamment au moyen de WGA.

En fin de semaine dernière, lors de la conférence Morgan Stanley Technology à San Francisco, Raikes a fait quelques remarques à ce sujet, notamment celle-ci, à  propos des utilisateurs : « S’il s’apprêtent à  pirater quelqu’un, nous voulons que ce soit nous plutôt que quelqu’un d’autre ». Il explique que Microsoft sait depuis bien longtemps que la base des utilisateurs reste primordiale : « Ce que vous pouvez espérer avec le temps c’est de les persuader d’acheter de vraies licences ».

Étonnant ? Pas tellement, Raikes dit tout haut ce que finalement nous savons tout bas. La politique anti-piratage de Microsoft s’est peut-être renforcée ces dernières années, mais même ainsi elle reste relativement mesurée, les actions n’étant que peu nombreuses. Il est intéressant de constater qu’un monopole permet bien des choses, mais a aussi son prix.

Raikes estime qu’entre 20 et 25 % des logiciels aux États-Unis sont piratés. Il indique en outre que l’éditeur doit pousser les utilisateurs à  se munir de vraies licences, mais ne peut pas non plus pousser trop fort au risque de mécontenter un trop grand nombre d’utilisateurs.

Mercredi 14 mars 2007 à  07h31, rédigé par Vincent Hermann
Source de l’INformation : Information Week

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *